ERC Consolidator TryptoBoost (Wenger)

Accueil › Projets Européens › ERC Consolidator TryptoBoost (Wenger)


Tryptoboost : détection sans marquage de protéines individuelles avec des nano-antennes optiques

Le projet TryptoBoost vise à étudier les dynamiques des interactions chimiques de protéines avec de nouveaux outils de microscopie optique. Les protéines jouent un rôle central dans le fonctionnement cellulaire. Comprendre leurs mécanismes d’action est primordial pour les sciences de la vie. Cependant, la technique de spectroscopie de fluorescence la plus utilisée actuellement présente des limitations pouvant introduire des artefacts dans la mesure et limiter la portée des applications biologiques, notamment pour l’étude de molécules uniques. Le projet TryptoBoost vise à dépasser ces limites pour étudier des protéines individuelles sans marquage externe et dans des conditions physiologiques. L’innovation technologique repose sur des nano-antennes optiques pour exalter l’émission intrinsèque des acides aminés aromatiques dans l’ultra-violet. Les avancées du projet profiteront à une large gamme d’applications en chimie, biologie ou pharmacologie, pour mieux comprendre les mécanismes d’association de protéines et développer des médicaments plus efficaces.

Biographie :
Jérôme Wenger est diplômé de l’Ecole Supérieure d’Optique en 2001. Après une thèse en optique quantique à l’Institut d’Optique en 2004, il rejoint l’Institut Fresnel à Marseille comme chargé de recherche CNRS en 2005. Ses domaines d’activités sont en nanophotonique et biophotonique. Il est auteur de plus de 80 publications et co-inventeur de 6 brevets. Il a coordonné un projet ERC Starting Grant (2012 – 2016) et une ERC Proof of Concept (2015 – 2016), et a reçu le prix Fabry de Gramont de la SFO en 2015 et le prix Branly de la F2S en 2011. Ses travaux ont été reconnus par 40 invitations à des conférences nationales et internationales.

Site web du chercheur : www.jeromewenger.com

Résumé de son précédent projet européen ERC Starting Grant "ExtendFRET : Extension du transfert d’énergie de Förster avec des nanocircuits plasmoniques"
Le transfert d’énergie de Förster (ou FRET pour Förster fluorescence resonance energy transfer) constitue l’une des techniques les plus populaires pour mesurer des distances, étudier des structures ou suivre des dynamiques dans des édifices moléculaires. Cependant, le régime de fonctionnement de cette technique est actuellement fortement limité : distance, concentration, niveau de signal… Il ne s’agit pas là de limites d’ordre technique, mais d’un problème physique d’ordre fondamental directement lié au phénomène de diffraction de la lumière.
Le projet ExtendFRET vise à dépasser ces limites fondamentales en contournant le phénomène de la diffraction lumineuse. Des nouvelles méthodes utilisant des nanostructures optiques sont introduites pour contrôler les échanges d’énergie entre molécules et améliorer leur détection. Les applications touchent principalement l’enzymologie et la génomique, le projet aidera également à enrichir la compréhension physique de l’interaction lumière-matière aux échelles nanométriques.

Autre lien sur le site internet de CORDIS (Community Research and Development Information Service)

Contact : jerome.wenger chez fresnel.fr